ALEP

ALEP EST est assiégée, depuis sa libération en 2012, par la dictature de Bachar al-Assad et ses soutiens. Ses 250.000 habitants subissent leur siège qui les affament, leurs bombardements, intensifiés depuis l’été 2016, qui ont détruit les hôpitaux et les infrastructures, qui tuent et blessent chaque jour des centaines de civils, dans l’objectif de soumettre la principale résistance démocratique populaire à la dictature en Syrie.

Brita Hagi Hassan, « maire » (Président du Conseil local de la ville d’Alep (CLVA) élu par 63 quartiers en décembre 2015) de la partie Est d’ALEP libérée en 2012, aujourd’hui menacée d’un massacre de masse, fut de passage à Paris du 1er au 6 décembre, à l’invitation du Collectif des Amis d’ALEP (CAA) (Lyon). Le CLVA, de même que le Conseil du Gouvernorat d’Alep dont il fait partie, ont été créés en 2013 pour continuer d’assurer les services publics désertés par le régime lors de la libération d’Alep et de son gouvernorat en juillet 2012.

Dans l’émission de ce jour,nous allons entendre l’intervention de Brita Hagi Hassan et quelques échanges qui ont eu lieu avec le public présent ce 6 Décembre a la mairie du 2eme arrondissement de Paris.