ANGELO GARAND TUÉ PAR LE GIGN OU L’ENGRENAGE CARCÉRAL


Télécharger l'émission

Angelo Garand purgeait une peine pour vol à la prison de Vivonne (86). Il avait 37 ans, 3 enfants âgés de 19, 17 et 12 ans, un père très malade… Il avait été incarcéré pour la première fois à l’age de 22 ans et avait enchainé les peines de prison. Alors en septembre 2016, lorsqu’il a obtenu une permission de sortie d’une journée, une seule petite journée pour aller voir les siens du côté de Blois, la tentation de rester auprès d’eux a été trop forte.

Le jeudi 30 mars vers 13h, la famille s’apprêtait à partager une grillade quand une vingtaine d’hommes ont surgit en tenues d’assaut. Angelo s’est aussitôt caché dans une petite remise. Pour les autres membres de notre famille, jetés à terre, menottés et tenus en joue dans les cris, le temps s’est arrêté. Après avoir fouillé les lieux sans succès, les hommes du GIGN allaient partir, quand un léger bruit s’est fait entendre dans la remise. Les gendarmes se sont précipités. Et au lieu de demander à Angelo de se rendre, au lieu d’utiliser tous les moyens à leur disposition pour préserver son droit à la vie, ils ont immédiatement mitraillé l’homme qu’ils étaient venus arrêter.

Dans l’émission de ce jour,nous serons à Blois ou se tenait ce 22 Février 2018,une réunion publique sur l’engrenage carcéral qui était organisé par la famille et le comité de soutien d’Angelo Garand.