émission suivante

Les lycéens pros ne sont pas de la chair à patron

émission précédente

le 22 novembre 2022

Écouter l'émission

Télécharger

Le 17 novembre, une manifestation contre la fermeture des sept lycées dont six professionnels sur Paris et le rejet de la réforme des lycées pros a eu lieu partout en France. L’intersyndical de l’enseignement professionnel a organisé une deuxième journée de grève et de mobilisations pour protester contre un projet de réforme voulu par Emmanuel Macron et les patrons. À Paris, le cortège, composé de 3.000 personnes selon les organisateurs, s’est élancé vers 14 h de la place de la Sorbonne, en direction du ministère de l’Éducation nationale. Dans l’émission d’aujourd’hui, nous vous proposons l’écoute du reportage réalisé les 16 et 17 novembre dans le cortège parisien.

Le 16 novembre Le CTA (Le comité technique de proximité ou comité technique académique) exceptionnel était consacré à la carte des lycées pour la rentrée 2023 avec la fermeture annoncée de 7 établissements alors qu’au même moment plusieurs centaines de collègues étaient réuni·es devant la Sorbonne pour s’opposer au projet.

Le Recteur de l’académie de Paris qui, une fois n’est pas coutume, présidait le CTA a commencé par prétendre que l’ambition était de valoriser la voie professionnelle et que certains des lycées concernés étaient des lycées-ghettos qui n’offraient aucune perspective aux élèves… De quoi faire plaisir aux personnels et aux élèves présent·es dans ces établissements ! Le choix des lycées qui seront fermés a été dicté, selon le Rectorat, par plusieurs critères : état du bâti, absence d’une diversité de filières et volonté de favoriser la synergie avec d’autres acteurs. Autant de problèmes qui sont réels, mais qui ne justifient pas du tout des fermetures, d’autant que certains lycées d’accueil souffrent aussi d’un manque d’investissement de la région et sont monofilières.

Une déclaration intersyndicale a ensuite été lue pour entrer directement dans le vif du sujet et faire réagir l’académie. La position commune des organisations syndicales est claire : non aux fermetures !

La discussion s’est concentrée sur tous les problèmes soulevés par ce projet bâclé, présenté sans aucune concertation préalable des personnels.

Mixité sociale et mixité scolaire

L’académie de Paris utilise beaucoup l’argument de la mixité pour défendre le projet de fermetures qu’elle porte avec la région Île-de-France mais on peine à voir comment le fait de créer de gros lycées professionnels à la place de petites structures favoriserait la mixité…

Pour SUD éducation Paris, la mixité scolaire est un sujet complexe, qui ne peut pas se limiter au transfert d’élèves de filières peu attractives vers des établissements avec des filières plus réputées, dans des arrondissements plus bourgeois.

Locaux

L’autre argument de l’académie est la vétusté des lycées dont la fermeture est envisagée. Mais le fait que certains de ces lycées soient implantés dans d’anciennes écoles ne peut suffire à justifier une fermeture car c’est malheureusement le cas de nombreux établissements parisiens, d’autant que tous les lycées menacés de fermeture ne sont pas dans le même état…

Les transferts envisagés vont par contre poser de très nombreux problèmes qui ne semblent pas avoir été anticipés par la région ou par l’académie : aucune réponse sur le transfert du studio photo de 150 m² du lycée Brassaï, aucune réponse sur le transfert des équipements du lycée Lucas de Nehou et aucune réponse sur le transfert des salles dédiées aux activités artistiques du lycée Brassens.

Pour les autres lycées, ni l’académie ni la région ne semblent avoir pris la mesure de l’étendue des travaux : il ne suffit pas de déplacer des ordinateurs, il faut aussi mettre en place des réseaux électriques et informatiques et équiper des salles !

Lors des échanges sur les fermetures et sur la solution alternative qu’aurait été la rénovation des lycées concernés, le Recteur a fini par laisser échapper qu’il fallait bien des marges de manœuvre financière à la région…

 Élèves

L’académie de Paris a indiqué que la capacité d’accueil des élèves serait maintenue à l’occasion des transferts de formations mais les réponses se font plus évasives quand il s’agit de savoir, par exemple, dans quelles salles du lycée Dorian pourront s’installer et à quelle heure mangeront les 216 élèves qui devraient y être transféré·es.

Par ailleurs, on apprend qu’environ 50 places supplémentaires seront créées en GA et MRC sans qu’aucun détail ne soit fourni sur leur implantation.

Enfin, on sait que fin septembre, 122 élèves de LP n’ayant alors toujours pas été affecté·es avaient dû être réparti·es dans 10 établissements, qui sont dorénavant en sur-effectif. Quand nous avons interrogé la direction de l’académie sur l’ouverture nécessaire de places en 1ère pro pour les accueillir l’année prochaine, nous n’avons reçu aucune réponse si ce n’est que ces effectifs allaient fondre en raison du décrochage…

Personnels

L’académie de Paris a indiqué que tous les emplois de la filière ATSS et tous les emplois de CPE des lycées menacés de fermeture seraient redéployés, mais pas forcément vers les lycées d’accueil.

S’agissant des personnels enseignants, ils et elles devront participer au mouvement donc sans possibilité de suivre leurs classes. Une bonification de carte scolaire sera attribuée aux personnels des lycées menacés de fermeture mais vu le nombre de collègues concerné·es, elle risque de ne pas changer grand chose au mouvement. L’académie a mentionné l’éventualité d’une sur-bonification mais nous n’avons pour l’instant aucun détail et cette option ne semble pas réaliste du point de vue réglementaire.

Un·e conseiller·e RH de proximité sera missionné·e pour suivre la situation des personnels établissement par établissement.

Le DRH, l’un·e de ses adjoint·es ou des chef·fes de division se déplaceront dans tous les établissements pour informer les équipes des lots de consolation que leur réserve l’académie…

Pour résumer, ce comité technique académique a révélé que l’académie et la région étaient main dans la main pour faire passer ce projet en force dès septembre 2023, malgré l’opposition unanime des organisations syndicales, des parents d’élèves et de nombreux·ses élu·es.

Il n’y a aucune volonté de concertation de la part de l’académie et une chose sûre : seule une mobilisation forte des établissements pourra permettre de pousser le rectorat et la région à stopper leur projet !