MANIFESTATION CONTRE LE PASS SANITAIRE

Télécharger

Crédit dessin https://lepoing.net/

En juin, quelques jours après la mise en œuvre de l’obligation de présenter un pass sanitaire, la quadrature du net attaque en justice, le dispositif utilisé en raison des nombreuses données personnelles présentes. Il estime ainsi que le code en deux dimensions présent sur les pass et qui est scanné à l’entrée de divers lieux banalise un contrôle d’identité permanent et inutile.

il pointe également le fait que le passe sanitaire – que ce soit le format français utilisé avant le 25 juin ou le format européen utilisé depuis – permet à n’importe quelle personne scannant les codes en deux dimensions de consulter les données de santé (en plus du nom, prénoms, date de naissance) des personnes détentrices des documents : date, lieu et type de test RT-PCR, résultat du dépistage ; nom et fabricant du vaccin, nombre de doses reçues et nombres de doses nécessaires, date de la dernière injection.

Comme l’a relevé un groupe de chercheur·euses, dont NextINpact résumait l’analyse, ces données sont particulièrement bavardes, et permettent par exemple de déterminer si une personne est immunodéprimée.

Et dans ce contexte, ce sont tenu chaque samedi depuis trois semaine plusieurs manifestations sur l’ensemble du territoire.

dans l’émission de ce jour, nous vous proposons de revenir sur les manifestation des 24 et 31 juillet dernier avec le reportage réalisé dans le cortège parisien.

Bonne écoute!

L’APPEL DES TUI

Télécharger

Le nombre de chômeur.euse.s ne cesse d’augmenter et va véritablement exploser dans les prochains mois pour atteindre de dramatiques record historiques. C’est au moment même de ce temps troublé et anxiogène que le gouvernement s’en-tête à imposer, au 1er juillet 2021, une réforme assassine qui va détruire le principe même de l’Assurance-Chômage : protéger les privées.e.s d’emploi et les précaires !

C’est dans ce contexte que fut organisé a l’initiative des salarié-e-s de tui France une conférence de presse devant le siège de France télévision ce 9 juin 2021. Un appel rejoint par différent secteurs syndicaux et politiques en vue de la manifestation qui partira du MEDEF pour se rendre a Matignon ce samedi 19 juin 2021

Dans l’émission de ce jour, nous entendrons de large extrait de cette conférence de presse du 9 juin dernier qui illustre le nombre de plans de suppressions d’emploi actuellement en vigueur.

Bonne écoute !

INDE : UNE RÉVOLUTION EN COURS

Télécharger

C’est en compagnie de Jacques Chastaing que nous allons passer cette heure d’émission, pour continuer à parler du soulèvement paysan en Inde.

En même temps que la Covid-19 étend ses ravages, en particulier à la campagne, dépourvue de structures de santé, de lits, de respirateurs, d’oxygène, de médecins, de médicaments, une colère monumentale et sans précédent à cette échelle s’est exprimée dans l’ensemble de l’Inde contre le régime de Modi le 26 mai 2021 dans tous les secteurs des classes populaires en s’organisant autour de la révolte des paysans.

UNE MOBILISATION HISTORIQUE POUR UN AUTRE MONDE

Ce 26 mai, au sixième mois d’occupation des portes d’entrée de Delhi, le soulèvement paysan animé par le SKM (Front Uni Paysan) coordination d’une quarantaine d’organisations paysannes, a appelé à une journée noire.

Il appelait à la mobilisation malgré l’urgence de la solidarité face au Covid qui occupe tous les bras et la nécessité de garantir la sécurité sanitaire dans des rassemblements qui de fait ne peuvent pas être de masse, en mettant des drapeaux noirs partout, sur les logements, les bâtiments administratifs, les entreprises, les mines, les commerces, les échoppes d’artisans, les voitures, les véhicules en tous genres et dans les rues.

L’objectif était d’exiger toujours que Modi annule ses lois anti-paysans et anti-ouvriers qui tuent la petite paysannerie, le monde du travail, le service public et les emplois pour la jeunesse mais aussi de dénoncer la responsabilité criminelle de Modi dans le carnage humain actuel du Covid en Inde et exiger des mesures rapides pour combattre ce fléau.

Le pays entier s’est couvert de noir y compris pour ceux qui travaillent avec des rubans ou badges noirs sur leurs vêtements, à l’exception en partie des deux États en proie au cyclone Yaas qui sévit ces jours-ci au Bengale occidental et en Odisha.

Toutes les colères du peuple indien se sont cristallisées autour de la gestion du Covid par Narendra Modi qui achève sept ans de son mandat au cours desquels il a multiplié les attaques contre les classes populaires, a complètement détruit l’économie par une privatisation effrénée où il a vendu toutes les entreprises comme les aéroports, les ports, les chemins de fer et d’importantes entreprises du secteur public au profit des capitalistes qui sont ses sponsors électoraux, Adani, Ambani en Inde mais aussi dans le monde Cargill, Walmart, Nestlé ou le français Dreyfus, supprimant des millions d’emplois pour la jeunesse indienne et aboutissant au désastre de probablement des millions de morts du Covid par défaut de structures de santé partout dans le pays et en particulier à la campagne.

Rakesh Tikait, un des leaders paysans parmi les plus populaires, a déclaré le 26 mai que la protestation des paysans était désormais devenue une lutte contre l’oppression, le fascisme et le capitalisme tandis que d’autres dirigeants paysans appelaient le gouvernement à faire ses valises.

C’est pourquoi Modi ne veut pas céder aux revendications des paysans car leur mouvement entraîne toutes les classes pauvres du pays bien au-delà des revendications paysannes, mais aussi toute la population indienne – et même la base policière pour qui le mouvement paysan demande de meilleures retraites contre les décisions du gouvernement – en exigeant la liberté de la presse, la lutte contre les effets du changement climatique et surtout en cassant dans la pratique et dans leurs objectifs, toutes les oppressions et les divisions de religions, de sexes, de couleurs de peau, de castes qui fondent le pouvoir de Modi et derrière lui du capitalisme en Inde… et ailleurs.

Le soulèvement paysan veut une Inde qui ne sert pas seulement les chefs d’entreprise, mais qui œuvre pour le droit de tous les citoyens indiens à l’alimentation, à la santé et à la liberté. Il veut non seulement une Inde où les agriculteurs obtiennent des prix équitables pour leur travail mais aussi un système entier pour le peuple, pas pour les profits de quelques hommes avides.

Et ce mouvement des paysans indiens a des revendications en Inde, mais aussi pour l’Asie, dénonçant les accords de l’Asean (association commerciale des pays d’Asie du Sud-Est aux origines anti-communistes), de la Chine, du Japon, de la Corée du Sud et de Singapour de novembre 2020, le plus grand pacte commercial du monde, qui feront considérablement baisser les prix d’achats de leurs productions aux agriculteurs et en amèneront de nombreux à la ruine, sans faire pour autant baisser les prix à la consommation, puisque le but est d’augmenter la marge de profits des trusts de l’agro-alimentaire.

Et comme illustration de ce qu’il veut, le soulèvement paysan et ses soutiens a montré dans les campements de protestation aux portes de Delhi où habitent depuis 6 mois plusieurs centaines de milliers de paysans, ouvriers, jeunes, étudiants, soignants, militants de tous bords, syndicalistes … En lointain écho des occupations des places Tahrir, Kasbah, Syntagma, Puerta del Sol ou Parc Zuccotti – qu’un nouveau type de société est non seulement possible, mais est en train de naître en même temps qu’une nouvelle économie basée sur la communauté et le don. Les campements offrent gratuitement de la nourriture, de l’eau, un abri, des soins médicaux et des vêtements à tous ceux qui en ont besoin. Ainsi, depuis six mois maintenant, de nombreux enfants démunis et pauvres des bidonvilles sont éduqués, soignés et nourris de la gentillesse des agriculteurs. Contre l’économie de la cupidité, les agriculteurs représentent un nouveau modèle de société basée sur la coopération et le partage. Aujourd’hui, chaque campement offre un espace commun pour parler, discuter, argumenter et surtout faire partie d’une nouvelle fraternité humaine. Ils ont créé un nouveau melting-pot d’espoir en ces temps Covid-19, quand plus de la moitié du pays est enfermée, sans emploi et affamée.

Aussi, cette journée du 26 mai 2021, très politique, a vu des milliers et des milliers d’effigie ou de mannequins de Modi, brûlés un peu partout en signe de ce que les paysans pensent de lui et de son monde.

Mais cette journée était aussi conçue pour envoyer un signal au monde entier pour dire que Modi qui tue les paysans et le petit peuple, tue plus que le virus, qu’il commet un crime contre l’humanité, en Inde, mais aussi ailleurs avec le risque d’extension du variant indien au monde, bref qu’il est nécessaire qu’il s’en aille maintenant et que la communauté internationale peut y jouer un rôle, elle qui se mobilise déjà pour les paysans, en tout cas dans les anciens États membres du Commonwealth où, contrairement à la France, la presse ne fait pas barrage aux informations venant d’Inde.

Les dix principaux syndicats ouvriers ont rejoint l’appel paysan au 26 mai, comme 12 grands partis, les principales organisations féministes, celles des jeunes et des étudiants, des Intouchables, des petits commerçants et artisans, des journalistes et intellectuels et 4 gouvernements d’États fédéraux également, le Bengale Occidental, le Tamil Nadu où de nouveaux gouvernements opposés à Modi viennent d’être désignés dans des élections où le sens du scrutin se faisait contre Modi, dans le Maharashtra où le parti au gouvernement vient de rompre son alliance avec Modi et enfin dans le Jharkhand dont le gouvernement est opposé à celui du BJP de Modi.

LE CARNAGE DU MANQUE DE MOYENS DE SANTÉ

Le mouvement du 26 mai avait déjà été précédé d’une grève nationale massive le 24 mai des personnels de santé de la campagne qui sont en lutte depuis le début aux côtés de paysans dénonçant leur manque de moyens humains et matériels, de vaccins, médicaments et exigeant des hausses de salaires.

Malgré les chiffres officiels d’un gouvernement qui nie toujours l’importance du nombre de personnes contaminées ou décédées, tous les témoignages qui remontent de partout décrivent une situation infernale.

Les trois quarts par exemple du village de Basi, pas loin de Delhi, 5 400 habitants, sont malades et 30 sont morts sur les trois dernières semaines, ce qui rapporté au pays ferait dans les 9 millions de morts en trois semaines. Bien sûr, les situations sont inégales suivant les régions et les villages – 400 000 villages seraient touchés sur 600 000 – et on ne peut pas calculer ainsi sinon pour donner une idée de l’ampleur du drame.

On compte par exemple aussi 9 morts en 7 jours dans le village de Afzal Nagar, 3 300 habitants, où chaque foyer compte au moins un malade, dans l’Etat du Bihar ; 20 morts en un mois à Larma, 3 800 habitants, toujours dans le Bihar.

Des familles entières disparaissent et des villages sont menacés, par ailleurs, s’il y a peu d’informations sur ce qui se passe dans les tribus (Adivasis, 100 millions d’habitants) abandonnées à elles-mêmes, tout porte à penser que certaines tribus sont fortement contaminées et que faute de moyens sanitaires, la mortalité y soit importante, menaçant peut-être l’existence même de certaines tribus

Selon le mouvement paysan qui a fait un recensement dans un certain nombre de villages, il faudrait compter 10 000 morts par jour dans le seul État de l’UttarPradesh (200 millions d’habitants), 127 000 personnes sont mortes dans les deux mois de mars et avril dans l’État du Madhya Pradesh (73 millions d’habitants) et le mouvement estime qu’il pourrait y avoir de 5 à 10 millions de morts pour le pays entier dans l’année si la situation ne s’aggrave pas.

Les témoins racontent que des milliers de cadavres dérivent sur le Gange, que d’autres sont sommairement posés sur les rives, que les chiens mangent les cadavres humains, tandis que les communes manquent de bois pour incinérer les morts et que les crématoriums étant débordés, il y en a partout, improvisés, aux abords des hôpitaux, dans les jardins, sur les parkings, les trottoirs… Des récoltes ne sont pas faites, des terres entières sont abandonnées parce que les paysans qui les travaillaient sont morts…

Mais tout cela n’est pas fatalité.

L’inde, bien qu’une grande puissance et la pharmacie industrielle du monde, le plus grand fabricant de vaccins et de médicaments génériques sur la planète, est le pays au monde qui consacre le moins d’argent à son système de santé publique : officiellement 1,25% de son PIB, mais plus probablement 0,34% bien en dessous de ce que font les pays les plus pauvres du monde.

Par ailleurs 78% des soins de santé en ville sont privés et 74% à la campagne. Il y a bien des hôpitaux, mais hors de prix, réservés aux riches. Les centres de santé issus de la période de décolonisation sont abandonnés, servent d’étables pour les animaux… Et les personnels de santé sont tellement mal payés que beaucoup démissionnent : 1/6e des travailleurs de santé a démissionné par rapport à l’an passé.

A ce drame sanitaire s’ajoute un drame alimentaire.

N’ayant pas les moyens de santé pour faire face au virus, le gouvernement a encouragé partout au couvre feu et au confinement.

Or 93% des travailleurs en Inde travaillent dans le secteur informel, de petits boulots, de la menuiserie ou la cordonnerie au travail de chantier du bâtiment, en passant par la vente ambulante de fruits et légumes dans la rue.

Au delà de l’absurdité criminelle d’un confinement pour un peuple qui vit dans la rue ou en grande partie dans des bidonvilles, le couvre-feu et le confinement font perdre leur travail et leurs revenus aux plus pauvres et à partir de là leur logement et toute possibilité de se nourrir. N’ayant pas de protections chômage, maladie ou retraite, ils n’ont plus rien.

Avec la fermeture de l’accès à la rue, en quelques semaines, ils ont perdu leurs maigres économies et ne sont plus en mesure de se nourrir ou de nourrir leurs familles.

Or cette seconde vague du virus s’ajoute à la première, en 2020, où on estime que 47% des femmes actives ont perdu définitivement leur travail (9% des hommes), 33% des jeunes de moins de 24 ans également ont perdu leur travail et n’en ont pas retrouvé et sont donc physiquement affaiblis, situation aggravée par une pollution atmosphérique terrible qui tue en nombre.

Aujourd’hui, le chômage officiel a déjà doublé en une semaine du 9 au 16 mai 2021 en passant de 7 à 14% en même temps que les prix bondissent.

La famine menace et si des États ont promis des distributions alimentaires de secours, à la date du 24 mai, rien n’était encore arrivé par exemple à Delhi et des manifestations ont lieu dans des bidonvilles, où habitent un tiers des indiens, comme par exemple à Bombay dans le Maharashtra, pour dénoncer l’abandon des habitants des bidonvilles.

800 000 travailleurs « migrants » qui viennent de la campagne et travaillent en ville et qui vivent de petits boulots ont déjà quitté Delhi dés les premiers jours de la seconde vague de Covid – et plus encore ensuite – pour tenter de survivre dans leurs villages d’origine et avant que les transports publics soient bloqués. Mais en voyageant entassés dans les pires conditions, les bus et trains se sont transformés en clusters et ont contribué à propager le Covid partout.

Comme le gouvernement n’a rien prévu, n’a rien préparé, ne fait rien aujourd’hui, a même fortement contribué à la propagation du virus par ses campagnes électorales et pèlerinages hindous et est dirigé par des ministres obscurantistes qui rejettent la science en expliquant par exemple que pour chasser le virus il faudrait taper sur des casseroles, sa principale activité est d’accuser les autres dans la presse de ses propres crimes : les États fédéraux, la population en général, mais surtout le mouvement paysan qu’il accuse, tous les jours, inlassablement, à longueur de journaux, d’avoir propagé le virus en particulier à la campagne en même temps qu’il criminalise violemment tous ceux qui sur les réseaux sociaux appellent à l’aide, demandent de l’oxygène, des médicaments ou documentent le drame.

CONTINUATION, SUSPENSION ET REPRISE DE LA LUTTE A UN NIVEAU PLUS ÉLEVÉ

Le soulèvement paysan a bien sûr été affaibli dans un premier temps du simple fait que tout un chacun pare au plus urgent en essayant de se protéger soi-même de la Covid ou d’aider les autres, familles, voisins, amis, collègues qui sont en difficulté. Du coup, pendant les premiers moments de la seconde vague de la Covid, bien des luttes ont été suspendues.

Cependant, au delà de l’entraide auquel il participe lui-même en fournissant aux nécessiteux des repas, médicaments, centres sanitaires et logements gratuits dans ses campements et lieux de mobilisation, le mouvement a repris son essor dés lors que la période des récoltes a commencé à se terminer à partir du 8 mai où une première mobilisation a eu lieu mais surtout de la seconde semaine de mai, où des milliers et des milliers de paysans et soutiens reviennent en nombre tous les jours aux campements de Delhi depuis le 12 mai environ, 40 000 étant arrivés par exemple le 25 mai.

Le 24 mai, ils étaient déjà plus de 10 000 à bloquer le commissariat central de Hisar dans l’Haryana malgré les 3 000 flics impuissants qui tentaient de le protéger, après que quelques jours auparavant, des policiers aient violemment chargé une manifestation paysanne qui encerclait le premier ministre BJP de l’Haryana, faisant de nombreux blessés et prisonniers. Les paysans ont obtenu que les prisonniers soient relâchés, que ceux qui ont été blessés ou ont eu des véhicules endommagés , soient indemnisés et que même des emplois soient fournis à la famille d’un paysan qui est décédé.

Le 26 mai,en réponse aux calomnies du gouvernement de Modi et de son parti, le BJP, ce sont des millions de paysans, ouvriers agricoles, ouvriers, employés,enseignants, étudiants qui ont organisé rien qu’au Pendjab, 108 lieux de mobilisation et de blocages en plus des manifestations avec libération de péages autoroutiers, blocage de stations essence Reliance, un groupe qui soutient Modi, blocage de grandes surfaces commerciales liées aussi aux groupes capitalistes soutenant Modi et qui seront bénéficiaires des lois anti-paysans, de gares, et de résidences de leaders du BJP. En Haryana, on comptait plus de 60 lieux de mobilisation et rien que dans le seul district (département) de Jhajjar dans l’Haryana on comptabilisait 240 manifestations. A Delhi, 50 lieux de mobilisation étaient recensés.

Dans l’Assam et le haut Assam, des manifestations ont eu lieu comme ailleurs mais en plus avec des tribus Adivasis dénonçant l’accaparement des terres par des sociétés capitalistes après que dans le Chhatisgarh il y a quelques jours la police avait tiré et tué trois indigènes qui dénonçaient le vol de leurs forêts par les militaires.

A Ropar, les paysans ont chassé de la ville les membres du RSS, la milice fasciste au service du pouvoir. A Rupnagar et dans d’autres lieux, les militants du BJP et du RSS ont été pris à partie et ont du fuir. Dans l’Uttar Pradesh où la police du BJP a voulu interdire les rassemblements de nombreux affrontements ont eu lieu et les policiers ont souvent été mis en difficulté.

Malgré les difficultés de mobilisation et de rassemblements dues à la Covid-19, le soulèvement paysan a franchi ce 26 mai une nouvelle marche importante dans l’entraînement avec lui de l’ensemble des classes populaires d’Inde sur un programme de plus en plus large.

Et d’ores et déjà, le SKM a annoncé qu’il allait intensifier la mobilisation dans le cadre d’une alliance renforcée des paysans et des ouvriers et allait appeler à de nouvelles initiatives d’ici peu.

Jacques Chastaing, le 27 mai 2021

LA FORCE INVISIBLE DES AIDES A DOMICILE / L’HÔPITAL EST DANS LA RUE

Télécharger

Le 25 mai dernier, nous avons rencontré Sabrina et Isabelle du collectif national des aides a domicile d’Île-de-France.

Elles se battent pour rejoindre statutairement le secteur de la santé, avec un statut unique, pour l’ensemble des aides a domicile, cela entend une augmentation conséquente de leur salaire et de pouvoir bénéficier de formation afin d’accomplir leur métier dans de bonne condition.

CONTACT: collectiflaforceinvisible75@gmail.com

Les politiques d’austérité pour la santé conduisent depuis des années à une dégradation des conditions de travail des professionnels de santé et de l’accès, de la qualité et de la sécurité des soins avec des pertes de chance inacceptables pour toutes et tous ; aussi pour réclamer :un accès universel aux soins de santé et aux médicaments une nouvelle politique de santé publique engagée socialement, qui lutte contre les discriminations.

Une augmentation massive du financement des systèmes de santé à la hauteur des besoins de santé de la population.

Une vraie revalorisation des métiers de la santé qui permettre un choc d’attractivité indispensable à la pérennité du système de santé.

Un changement de gouvernance qui associe les acteurs de terrain et usagers aux prises de décision.

Plus de 60 collectifs, associations et syndicats rejoignent l’appel européen pour la Santé et se sont retrouvés à Paris ce 29 mai 2021, pour une manifestation qui se tenait de l’hôpital de la pitié-salpêtrière a république.

Dans ce reportage, nous entendrons les paroles d’étudiantes en médecine et celle d’une infirmière a l’hôpital Saint-Louis.

MANIFESTATION DE SOUTIEN A LA PALESTINE/LES ÉPREUVES DU BAC /MARCHE CONTRE MONSANTO

Télécharger

Le 15 mai dernier à Paris, s’est tenu tant bien que mal, une manifestation de soutien à la Palestine. Originellement autorisé, elle a été (tout comme le rassemblement du jeudi précédent, appelé par le PCF, et les verts; ainsi que ceux prévu 17 et 19 mai à Villejuif et Vitry-sur-Seine) interdite sous demande express de Darmanin ministre de l’intérieur, sous prétexte de possible trouble à l’ordre public.

Prétexte se basant sur le « précédent » de 2014. (Elle aussi interdite à l’époque). Sous la pression des manifestants, malgré la forte répression (la manifestation à été divisé en 4 par les gazeuses et les matraques…) une partie du cortège a pu se diriger jusqu’à République où un rassemblement pacifique a pu avoir lieu jusqu’à 19h heure de couvre-feu.

C‘est dans ce rassemblement que les interviews ont eu lieu. Une prochaine manifestation de soutien à la Palestine aura lieu ce dimanche 23 mai 15h au départ de Barbés.

Dans un deuxième temps , nous vous diffuserons un reportage réalisé le mercredi 12 mai lors d’un rassemblement organisé devant la direction départementale de l’éducation nationale du 93 a Bobigny.

Ce rassemblement était appelé par plusieurs organisations syndicales de professeurs et de lycéens dans le cadre de la mobilisation entamer a la rentré du 3ème confinement quant à la tenue des épreuves du bac et contre les modalités proposés par le gouvernement suite à cette année perturbée par la crise sanitaire. 

Pour finir cette émission nous vous diffusons une.partie des prises de paroles qui se sont tenues le samedi 15 mai a 13h a Stalingrad au départ de la manifestation contre l’agrochimie et Monsanto Bayer. Vous entendrez le collectif zéro chlordécone zéro poison et le collectif Vietnam dioxine. 

Bonne écoute !

DÉCRET ASSURANCE CHÔMAGE / HÔTEL MELIA / ASSA TRAORÉ

Télécharger

Paris 23 avril 2021 ; manifestation contre le décret assurance chômage https://www.flickr.com/photos/119524765@N06/albums crédit photo ; Serge D’Ignazio

Actuellement, 80% des chômeur-ses ne sont pas indemnisés. 450 000 personnes parmi les plus précaires les rejoindront.

Jusqu’à présent, seuls les jours travaillés par le demandeur d’emploi étaient pris en compte. À partir du 1er juillet, les périodes où vous n’aurez pas pu travailler diminueront d’autant votre indemnité journalière ! De ce fait, l’indemnité moyenne actuellement de 850 € descendra à 600 €.

Dans l’émission de ce jour, nous allons poursuivre la réflexion sur les mobilisations qui se mettent en place.

Nous allons entendre différentes interviews sur les mobilisations en cours. Deux entretiens avec Isabelle, travaillant dans le tourisme et Guillaume, maitre d’hôtel dans l’événementielle, tout deux faisant partie des occupants et occupantes du théâtre de l’Odéon.

Nous pourrons entendre également les entretiens réalisés avec Isabella, guide conférencière et Francine Royon, CGT pole emploi. Interviews réalisées le 23 avril dernier lors de la manifestation parisienne contre le décret assurance chômage.

La manifestation était organisée par les syndicats CGT et Solidaires et des associations comme le Mouvement national des chômeurs et précaires (MNCP) auxquels se sont joints des collectifs d’intermittents qui occupent des lieux culturels depuis plusieurs semaines.

Le groupe espagnol Meliá Hotels International, qui possède sept établissements en Île-de-France, a, lui aussi, conclu un plan de sauvegarde de l’emploi. Il touche 82 salariés, et 46 d’entre eux seront transférés dans une autre entreprise ; les autres seront licenciés. C’est dans ce contexte que, le 23 avril 2021, des femmes de chambre de l’hôtel mélia se sont rassemblées devant un des hôtels parisien du groupe pour protester contre ce plan de sauvegarde de l’emploi.

Dans ce reportage, nous entendrons l’entretien réalisé ce 23 avril, avec une salariée de l’hôtel et un syndicaliste de la CFDT qui suis la gréve.

Nous terminerons cette émission avec le reportage réalisé lors du rassemblement de soutien a Assa Traoré le 7 mai 2021, devant le tribunal de grande instance de paris ou elle comparaissait pour diffamation pour sa lettre, j’accuse.

FOYER MANOUCHIAN DE VITRY-SUR-SEINE / BARY KEITA

Télécharger

24 avril 2021 Montreuil ; hommage a Bary Keita

Samedi 24 avril, le comité des résidents du foyer ADEF de Vitry (foyer Manouchian), soutenu par de nombreux collectifs, associations, mouvements politiques et syndicats, appelait à une manifestation. Pas loin d’un millier de personnes ont participé à un défilé déterminé et festif, depuis le foyer jusqu’à la mairie en passant par le centre-ville.

Les résidents refusent les conditions de déménagement que veut l’ADEF. Celles-ci mettraient de fait un grand nombre de personnes à la rue et imposeraient des conditions de vie indignes à ceux qui seraient relogés. Face à cette situation, les résidents ont mis en place un blocage de l’accès au foyer pour empêcher un déménagement contraint. Les résidents appuient leur exigence d’un déménagement en bloc sans filtrage et non au cas par cas. Ils font référence, à titre de comparaison, à la situation désastreuse que vivent de nombreux anciens résidents du foyer Bara de Montreuil, où les résidents sans titre hébergés n’ont eu aucune solution de relogement.

Dans cette première partie d’émission, nous allons entendre les prises de parole qui se sont tenues lors de la manifestation du 24 avril dernier

Comme de nombreux et nombreuses sans-papiers, Bary faisait partie des « premierEs de corvée » célébréEs pourtant par Emmanuel Macron. Il a continué de travailler dans la même entreprise en bâtiment cette dernière année en pleine crise sanitaire. Sans pouvoir bénéficier d’aucune protection et sans logement salubre :  Bary vivait depuis décembre 2019  dans un squat appelé « le hangar 138 rue de Stalingrad » où, en l’absence de logement, sont réfugiéEs les sans-papiers, ancienNEs habitantEs du foyer expulsé des Baras puis de l’AFPA à Montreuil.

Ce 1er mai 2021, un hommage fut rendu a Bary Keita à Montreuil et nous allons entendre les prises de parole de ce 1er mai.

OCCUPATION ODÉON 2021 / SNCF ; UNE GRÈVE SOUTERRAINE

Télécharger

Depuis jeudi 4 mars, plusieurs intermittent·es occupent le théâtre de l’Odéon, à Paris. Chaque jour, se tient devant le théâtre une agora ou plusieurs thèmes sont débattus. Le vendredi 26 mars 2021, le collectif Occupation Odéon 2021 lance ses vendredis de la colère et organisait une manifestation contre la réforme de l’assurance chômage !

Dans ce premier reportage, nous seront dans le cortège et nous entendrons plusieurs entretiens réalisé lors de cette manifestation.

Depuis début janvier, les agents qui assurent la maintenance des voies (l’Infrapole) du secteur de la gare du nord à Paris sont en grève pour demander une meilleure reconnaissance de leurs conditions de travail et une revalorisation salariale, à la hauteur de 20 € supplémentaires par jour.

Ce 18 mars 2021, ses même agents de maintenances, se sont rassemblées près de la gare du nord avec leurs soutiens. Dans cette seconde parties d’émission, nous entendrons différentes prises de paroles et un entretien avec un agent qui nous parle de ce mouvement de gréve.

RATP ; DE NOUVEAUX TÉMOIGNAGE DE HARCÈLEMENTS

Télécharger

Le 27 janvier dernier, nous recevions dans nos studios, Rabhi et Karim pour parler de leurs cas et appeler à ne pas subir, à se regrouper et à réagir collectivement. Émission en réécoute sur notre site http://actualitedesluttes.info/ratp-france-telecom-meme-combat/

Dans l’émission de ce jour, nous serons en plateau avec Karim et nous entendrons par téléphone, de nouveaux témoignages sur les questions de harcèlement a la RATP

Nous débuterons avec Bruno, ancien agent a la RATP et aujourd’hui a la retraite, suivra le témoignage de Xavier, machiniste receveur entré en CDI en 2013, nous poursuivrons avec Mohammed, entré a la RATP début 2011, par la suite, nous serons avec Djamila, embauchée en 2009 en contrat de professionnalisation et nous conclurons cette série de témoignages avec Thierry, aillant travailler durant 23 ans a la régie autonome des transports parisien.

Nous terminerons cette émission, par un entretien avec Jean-Baptiste Eyraud, porte-parole de l’association droit au logement (DAL) en appel a la manifestation, ce samedi 27 mars, journée européenne d’actions pour le logement et pour Paris le rendez-vous sera à 15 h place du Châtelet.

Pour plus d’info : Facebook : DÉNONÇONS LA RATP

VINCENZO VIECCHI DOIT ÊTRE LIBRE EN FRANCE.

Télécharger

Vincenzo Vecchi, manifestant condamné en Italie pour sa participation au G8 à Gênes en 2001 et une manifestation anti fasciste en 2006 a été arrêté le 8 août 2019 par la police française dans le Morbihan où il vivait dans la clandestinité. Condamné à 12 ans de prison, il était sous le coup de deux mandats d’arrêt européens émis par l’Italie en 2017.

Le Comité de soutien qui s’est créé à l’époque a réussi à démontrer que l’un des MAE était infondé, sa peine étant déjà purgée, quant à l’autre, la cour d’appel de Rennes a conclu le 15 novembre 2019 qu’il n’était pas conforme et à libéré Vincenzo.

Suite au pourvoi en cassation du procureur de Rennes, la décision de la cour d’appel a été cassée, et l’affaire a été confiée à la cour d’appel d’Angers qui devait statuer le 23 mars dernier. Suite à la crise sanitaire l’audience a été reportée au 2 octobre à 14 heures.

Le comité de soutien a démontré qu’aucun acte de violence ni envers des gens ni des objets lors des manifestations en 2001 et en 2006 n’avait été constaté, et que sa peine invraisemblable, 12 ans, n’était relative qu’à sa présence sur les lieux des faits, à travers une loi datant de l’époque fasciste qui condamne les faits de dévastation et saccage, mais en introduisant la notion de concours moral, c’est à dire qu’elle condamne au même titre les acteurs des faits que les témoins présents lors des actes de dévastation et de saccage.

toutes les infos sur la page du comité : https://www.comite-soutien-vincenzo.org

LUBRIZOL 1 AN APRÈS

Télécharger

Un an après l’incendie du site Lubrizol à Rouen, l’appel « Notre maison brûle et nous ne regarderons plus ailleurs », signé par de nombreuses organisations et personnalités, a appeler à une mobilisation le 26 septembre  dernier devant les sites industriels dangereux. Sur 500 000 installations classées pour la protection de l’environnement, 459 000 échappent à toute inspection !

Dans l’émission de ce jour, nous entendrons les différentes intervention qui a rythmé la réunion publique d’information qui se tenait ce 25 septembre à Rouen.

MANIFESTATION DE RENTRÉE

Télécharger

A l’appel de l’intersyndicale CGT – FSU – Solidaires , une première journée de grève et de manifestation ce tenait 17 septembre contre les politiques gouvernemento-patronales.

Dans l’émission de ce jour , nous entendrons les différents entretiens réalisés lors de la manifestation parisienne.

GILETS JAUNES / VINCENZO VECCHI

Télécharger

Le 12 Septembre dernier, manifestation de rentrée des gilets jaunes à Paris . Dans cette première partie d’émission , nous diffusons le reportage réalisé Samedi dernier dans la manifestation.

Dans la seconde parties d’émission , nous diffusons l’entretien réalisé par l’émission l’agenda avec Laurence Du Comité de soutien à Vincenzo Vecchi pour parler des échéances à venir et de l’audience qui aura lieu le 2 octobre prochain, à la Cour d’appel d’Angers. vous pouvez suivre et soutenir le Comité de Soutien de Vincenzo Vecchi, de Rochefort-en-Terre sur : www.comite-soutien-vincenzo.org

L’Agenda est une des deux émissions quotidiennes de Radio Fréquence Paris Plurielle (FPP), écoutable sur le 106.3FM et le site, www.rfpp.net. L’émission est en direct, tous les jours du lundis au vendredis de 12h à 12h30

LA MARCHE DES SOLIDARITÉS

Télécharger

Nous passerons la totalité de cette heure d’émission dans la manifestation de Samedi dernier entre Montreuil et Paris ou les sans papiers furent nombreux.

COVID-19 L’ HOPITAL EN LUTTE CONTRE LA PANDEMIE

Télécharger

Cela fait plusieurs semaine que la France est confiné, Manque de masques, pas de dépistage,nous allons parler dans cette émission de la manifestation qui a eu lieu le 14 février la ou les infirmiers, les médecins, et les aide-soignants ont manifesté ce vendredi 14 février à l’hopital NECKER à Paris. Trois mois après la présentation d’un plan d’urgence pour les hôpitaux, le cortège est parti de l’hôpital Necker, pour rallier la Pitié-Salpêtrière.

LES HÔPITAUX EN LUTTES / LA RÉFORME DES RETRAITES / MOBILISATION DANS LE BTP

Télécharger

Alors que l’hôpital hurle sa souffrance, une nouvelle grande manifestation nationale des hospitaliers se tenait Le 14 Février dernier avec comme slogan « déclaration d’amour »à l’hôpital public… Nous seront avec ce reportage dans la manifestation parisienne qui partait de l’hôpital Necker jusqu’à l’hôpital Pitié Salpêtrière

Ce 17 février, le projet de loi sur les retraites est présenté à l’assemblée nationale. Alors que depuis le 5 décembre, de nombreux secteurs ont fait la démonstration de leur force, notamment la RATP et la SNCF.

Dans ce second reportage , nous auront quelques échos de cette manifestation qui se tenait de l’opéra de Paris en direction de l’assemblée nationale.

Nous terminerons cette émission par un entretien réalisé avec un salarié du BTP qui parle de ses conditions de travail et des mobilisations a venir dans le secteur du bâtiment .

pour plus information : facebook Ouvriers et Artisans Appel à la mobilisation du BTP

REFORME DES RETRAITES ; entre essoufflement et consolidation

Télécharger

dans la première demi-heure vous pourrez entendre des paroles récoltées lors de la manifestation syndicale du 29 janvier dernier.
Puis nous avons glané des paroles mises bout à bout de grévistes de la RATP, EDF, Gilet Jaune qui font le point sur la semaine.

RENCONTRE EHESS SUR LES MOUVEMENTS SOCIAUX INTERNATIONAUX

Télécharger



Dans cette période de mouvement social nous vous diffusons une rencontre qui a été organisé à l’EHESS vendredi dernier après la manifestation et qui réunissait plusieurs intervenants de pays étranger de sorte a mettre en discussion la diversité des mouvements sociaux qui se déroulent en ce moment à l’international.

RETRAITE AUX FLAMBEAUX CONTRE UNE RETRAITE EN LAMBEAUX

Télécharger

Aujourd’hui nous diffusons les reportages réalisé lors de la retraite au flambeau de Jeudi 23 Janvier et ceux de la manifestation du lendemain contre la réforme des retraites le 24 Janvier a Paris.

36eme JOURS DE GRÉVE CONTRE LA REFORME DES RETRAITES

Télécharger

Dans cette émission nous vous diffusons les reportages lors de la manifestation du 11 janvier en 1ere partie ensuite nous diffusons une conférence de presse qui a eu lieu sur le parvis de la gare du nord autour de la répression du mouvement social.

MANIFESTATION CONTRE LA REFORME DES RETRAITES


Télécharger

Le 26 décembre dernier, se tenait une manifestation commune des grévistes de la RATP et la SNCF avec l’ensemble des secteurs en grève, qui partait de la gare de l’est et deux jours plus tard une autre manifestation qui partait de la gare du Nord en jonction avec le cortège des gilets jaunes.

Dans l’émission de ce jour , nous entendrons les reportages réalisés sur ses deux manifestations parisienne. bonne écoute!

MARCHE POUR LA JUSTICE ET LA DIGNITÉ / LES VIOLENCES D’ÉTAT

Télécharger

151. Ils étaient 151 enfants, agenouillés et mains sur la tête pendant plusieurs heures, victimes d’une violence policière inouïe, ce 6 décembre 2018 à Mantes-La-Jolie. Aujourd’hui, 151 mamans, femmes de Mantes-la-Jolie et du Mantois se dressent contre l’arbitraire policier et pour « l’amour de leurs enfants

Dans ce premier temps d’émission , nous entendrons le reportage réalisé le 8 Décembre dernier à Paris sur La marche des mamans

En seconde parties d’émission , nous entendrons un entretien réalisé avec Ian , du collectif désarmons les . Nous débuterons l’entretien en parlant du film qu’a réalisé Ian sur les violences d’état , qui sortira en Janvier 2020

PAS DE TRÊVE POUR LA REFORME DES RETRAITES

Télécharger

Dans toute l’Ile de France, dès le 5 décembre, des travailleur.se.s ont rejoint le mouvement bien au-delà des seuls secteurs du transport et de l’éducation : éboueurs, livreurs, travailleurs sans-papiers… Les travailleuses et les mères de famille sont particulièrement nombreuses : le projet du gouvernement nuirait particulièrement aux femmes s’il était appliqué ! Il y a aussi des chômeur.se.s, des personnes privées d’emploi, des étudiant.e.s non-salarié.e.s et des retraité.e.s qui y participent.

Dans l’émission de ce jour , nous revenons sur la manifestation parisienne de ce 17 Décembre avec nos invité-e-s en plateau et par téléphone avec une enseignante de Saint-Denis et un cheminot de la gare Saint Lazare

MANIF MASSY- BLOCAGE CENTRE BUS MALAKOFF-ÉBOUEUR DE PARIS EN LUTTE

Télécharger

Dans ce premier reportage , nous serons dans la manifestation qui ce tenait ce 11 décembre à Massy contre le projet de réforme des retraites.
Le second reportages nous mènera à Malakoff , ou au petit matin une action de blocage c’est tenu sur le centre bus
Nous terminerons l’émission par un extrait de l’ assemblée de quartier qui ce tenait dans le 19eme arrondissement de Paris 

GRÉVE ET MANIFESTATION DU 10 DÉCEMBRE

Télécharger




Dans l’émission de ce jour nous diffusons un reportage sur la manifestation parisienne de ce mardi 10 décembre et en préambule de ce reportage ,nous partons avec les cheminot-e-s du technicentre tgv de Châtillon


GILETS JAUNE. / REFORME DES RETRAITES: AG DE LUTTE

Télécharger

dans cette première partie d’émission , nous serons dans un reportage réalisé ce 7 décembre 2019 sur l’acte 56 des gilets jaune et la manifestation parisienne qui se déroulait de Bercy a porte de Versailles

Dans la suite des premières rencontres RATP SNCF et dans le cadre de la grève sur la réforme des retraites qui s’annonce massive, ce 6 décembre se tenait Gare Saint-Lazare ,  la Rencontre interpro des AG et comités pour se coordonner en île de France, tous secteurs confondus . et dans cette seconde parties d’émission , nous entendrons quelques prises de parole issue de cette AG ence des syndicats avec ce mouvement.

GREVE GENERALE DU 5 DECEMBRE CONTRE LA REFORME DES RETRAITES

Télécharger

Dans l’émission de ce jour, nous vous diffusons des reportages réalisé lors de la manifestation parisienne qui donne le coup d’envoi de la gréve général du 5 décembre contre la reforme des retraites.

CHÔMAGE ET PRÉCARITÉ / GRÉVE DU 5 DÉCEMBRE / LA BUTTE ROUGE


Télécharger

Trois sujets dans l’émission de ce jour. Nous serons dans la manifestation de ce 30 Novembre contre le chômage et la précarité et nous entendrons plusieurs entretiens et prises de parole qui parleront de cette situation.

En seconde parties d’émission , nous reviendrons sur la gréve du 5 Décembre avec la seconde parties de la rencontre interprofessionnelle qui se tenait a la bourse du travail le 27 Novembre dernier.

Nous terminerons cette émission par un reportage réalisé le 30 Novembre dernier a la cité de la butte rouge à Châtenay-Malabry ou se déroulait un rassemblement contre le projet de destruction de cette cité.

MONTPELLIER : la justice s’acharne / ROUEN: les suites de la pollution

Télécharger

Nous serons en ce début d’émission en compagnie de Jules journaliste au journal le poing a Montpellier et il nous parlera des suites judiciaires des différentes manifestations au quelle il a pu participer.

En seconde parties d’émission, nous reviendrons sur l’incendie de l’usine Lubrizol de Rouen le 26 septembre dernier. Et pour en parler, nous saurons au téléphone avec Simon, membre de l’association des sinistrés de Lubrizol.

MANIFESTATION DANS LE SECTEUR DE LA SANTE

Télécharger

Dans l’émission de ce jour nous vous diffusons les reportages réalisé lors de la manif dans le secteur de la santé à Paris ce jeudi 14 novembre 2019.

ALGÉRIE : LA SITUATION SOCIALE ET POLITIQUE


Télécharger

Dans l’émission de ce jour , nous serons en compagnie d’un militant algérien et nous reviendrons sur le climat social dans son pays